Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Retour
Merci Monsieur Molac pour la loi qui porte votre nom !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Merci Monsieur Molac pour la loi qui porte votre nom !

Ce jeudi 8 avril, le Parlement français a adopté la première loi sur les langues régionales de la Ve République ! Les avancées, qui étaient loin d’être gagnées, portent sur la possibilité de l’enseignement immersif (au moins 50% en langue régionale) à l’école publique et le versement du forfait scolaire aux écoles privées ou associatives en langue régionale, comme Diwan en Bretagne ou ABCM en Alsace.

La proposition de loi du député breton Paul Molac, du groupe Libertés et Territoires (élus du centre droit et du centre gauche), a été votée malgré l’opposition du gouvernement et les réticences des députés de la majorité. Le député alsacien LaRem Bruno Studer, dans une déclaration récente, s’était opposé au forfait scolaire. Ce forfait, basé sur un souci de parité de financement, fait participer les communes aux dépenses de fonctionnement des établissements privés ou associatifs sous contrat avec l’Etat. Il devra être versé par le maire d’une commune où ne se pratique pas un enseignement en langue régionale, à une commune voisine qui le propose.

Concernant l’enseignement immersif, rappelons le courrier adressé par la rectrice de l’académie de Strasbourg, dans lequel elle menaçait de rompre le contrat d’association qui lie l’Etat à l’école ABCM Zweisprachigkeit de Haguenau, au motif que l’école pratiquait un enseignement immersif en alsacien et en allemand dans une classe maternelle.

La loi Molac représente une réelle avancée. Encore faut-il qu’elle trouve une application concrète en Alsace, où l’on est très loin d’une immersion puisqu’à ce jour aucune école publique n’enseigne l’alsacien !

Prochaine étape, la signature de la charte européenne des langues régionales ?

Si l’on veut que notre langue régionale ne disparaisse pas d’ici la fin du siècle, seul un enseignement comme le demande Unser Land, généralisant l’offre bilingue et immersive en alsacien et en allemand, sera la clé : àss ùnseri Kìnder andli weder elsassisch reda ùn mr stolz ùf sie ùn ùnseri Sproch sìn !

Consultez également
CDP: L'ÉTAT FRANÇAIS S'ACHARNE CONTRE L'ALSACE ET LE BASSIN RHÉNAN

CDP: L'ÉTAT FRANÇAIS S'ACHARNE CONTRE L'ALSACE ET LE BASSIN RHÉNAN

Unser Land prend acte de la volonté forcenée de l'État français par son pourvoi en cassation de...

19 octobre 2021
7 ans après : Im Osten nichts neues

7 ans après : Im Osten nichts neues

C’était hier. De l’eau a depuis coulé sous les ponts. Sous ces ponts qui enjambent l’Ill. Dont...

13 octobre 2021
Notre rencontre de l'Executiv Rat s'est tenue ce soir 11/10/2021 à Sélestat

Notre rencontre de l'Executiv Rat s'est tenue ce soir 11/10/2021 à Sélestat

Au programme des échanges: l’élaboration de notre projet pour les élections à venir, projet qui...

11 octobre 2021
L'Elsässerditsch et le Hochdeutsch, victimes de la politique linguistique ?

L'Elsässerditsch et le Hochdeutsch, victimes de la politique linguistique ?

Les différentes expressions de l’Alsacien, l’Elsässerditsch et l’Allemand standard, victimes de...

5 octobre 2021
Faire vivre notre langue alsacienne

Faire vivre notre langue alsacienne

La langue alsacienne est le signe marquant de notre Heimat, celui qui lui donne toute sa...

4 octobre 2021
Notre allié SSW fait son entrée au Bundestag

Notre allié SSW fait son entrée au Bundestag

Après les récentes victoires dans divers parlements régionaux européens et dans certains...

27 septembre 2021